Addiction au chocolat

 

L’EFT est un moyen particulièrement efficace pour vaincre une dépendance, une addiction, surtout lorsqu’elle concerne l’alimentation. Car être addict à un aliment, ou à toutes les nourritures en cas de boulimie, répond bien souvent à un besoin émotionnel. Il convient alors de distinguer la faim classique, qui tiraille le ventre quand il est vide, à l’envie irrépressible de manger. Cette envie de manger peut survenir dans un moment d’ennui, ou bien peut servir de stimulant à une activité que l’on fait sans plaisir. Combien de personnes exerçant une activité sédentaire, et devant supporter une mauvaise ambiance ou la pression d’une autorité malveillante, ont une tablette de chocolat dans le tiroir de leur bureau ? La petite douceur à portée de main est alors bien rassurante, même si elle apporte une compensation émotionnelle bien éphémère.

 

-          Un homme de 42 ans avait remarqué que même si sa consommation de chocolat restait sommes toutes raisonnable, il lui était devenu quasiment impossible de reprendre le travail l’après-midi s’il n’avait pas croqué ses deux morceaux. Se concentrer devant son ordinateur était parasité par l’envie de se relever, d’ouvrir le placard et de combler ce besoin. Alors, nous avons commencé à pratiquer le tapping, en partant de la phrase la plus simple qui soit : « Même si j’éprouve ce besoin irrépressible de manger du chocolat à la fin du déjeuner, je m’aime et je m’accepte infiniment ». Une émotion après l’autre, un ressenti après l’autre, la phrase s’est affinée de plus en plus, permettant d’identifier clairement la nature du manque que cette addiction tentait de combler. S’il ne mangeait pas ces deux carrés de chocolat noir, il avait la sensation que son ventre n’était pas totalement plein, qu’il lui restait de la place. En les ingurgitant, il avait un sentiment de fini, de complétude. Il n’avait plus besoin de rien, se sentait comblé. Et alors seulement, il pouvait se mettre au travail et exprimer le meilleur de lui-même. Cela faisait écho à un souvenir d’enfance. Au petit-déjeuner et au goûter, il avait pris l’habitude de ne jamais brasser son bol de chocolat chaud. Ainsi, après avoir avalé le lait, il restait le chocolat au fond, non brassé, dont il se délectait. Cette période était particulièrement bénie pour lui. Entouré de ses parents, il n’avait d’autre préoccupation que de réussir à l’école, ce qui pour lui n’était pas un souci. La vie s’écoulait doucement et paisiblement, car tout était géré, pris en charge, par ses parents. Il se sentait totalement soutenu, épaulé, en sécurité. Aujourd’hui, le besoin de manger du chocolat était le moyen que son corps avait choisi pour essayer de lui faire revivre cette plénitude et cette sécurité. C’est parce que sa situation professionnelle était instable et qu’il doutait beaucoup de son avenir, que cette addiction s’était mise en place. L’EFT permit non seulement de mettre en évidence son sentiment d’insécurité, mais celui-ci diminua, jusqu’à laisser place à une foi en l’avenir et une plus grande confiance en lui. Aujourd’hui, il aime toujours autant le chocolat noir, mais il peut aisément en avoir près de lui sans avoir la tentation incontrôlable d’y toucher.