Angines

 

Picotements aigus au fond de la gorge, inflammation du larynx (laryngite) ou du pharynx (pharyngite), l’angine est le terme le plus couramment utilisé pour désigner ces douleurs pénibles, parfois accompagnées de fièvre.

N’oublions pas que la réflexologie plantaire reste une médecine douce. En cas d’angine sévère déclarée, il y a urgence, et même si son efficacité reste indéniable, il sera peut-être plus indiqué de consulter son médecin et de suivre sa prescription.

Les témoignages suivants concernent des personnes pour qui l’angine était devenue récurrente, pouvant en déclarer jusqu’à une par mois. Elles sentaient intuitivement que quelque chose servait de déclencheur, et plutôt que d’avoir à traiter au coup par coup chaque angine, elles souhaitaient faire en sorte que la cause originelle soit purement et simplement « effacée ».

Dans l’approche énergétique et holistique, la gorge est reliée au centre de l’expression et de la communication. Si nous ressentons une gêne à ce niveau-là, on peut se poser la question de savoir si une partie importante de nous ne s’exprime pas, ou bien encore si nous venons de vivre une situation, une épreuve que nous n’arrivons pas à « avaler ». « Quelque chose qui nous reste en travers de la gorge » semble être alors l’expression la plus appropriée. Dans ce dernier cas, faire le lien avec l’événement peut paraître accessible à chacun. Reste à déterminer les croyances qui se cachent derrière et à les travailler. Là encore, autant la réflexologie apportera une aide précieuse pour soulager l’effet, autant une prise de conscience réelle et profonde, permettra d’enrayer le processus qui est à l’oeuvre à chaque fois.

-         Un homme de 34 ans souffrait d’angines 5 à 8 fois dans l’année. A peine avait-il terminé son traitement qu’une nouvelle pointait à l’horizon. Plus le temps passait, plus elles se rapprochaient l’une de l’autre. Difficile pour lui de définir l’époque exacte où cet enchaînement infernal avait commencé, car pendant longtemps chaque angine était espacée d’un an ou deux. En revanche, il se souvenait très bien de la toute première qu’il avait eue. Elle remontait 13 ans plus tôt et s’était produite environ une semaine après avoir rencontré celle qui allait devenir son épouse et avec qui il continuait de couler des jours heureux. Profondément amoureux d’elle, il avait fait en sorte de lui donner ce qu’elle attendait de lui, en collant à une image, certes valorisante, mais pas forcément en cohérence avec ce qu’il ressentait vraiment au fond de lui. Etre heureux en couple était devenu plus important que d’être heureux par et pour lui-même, et il en était arrivé à un stade où sa propre identité se confondait avec celle de son couple. Il ne savait plus qui il était, lui, individuellement ! La croyance qui l’avait poussé à un tel comportement était : « J’existe grâce aux autres, seul je n’existe pas et je suis invisible. Ce que je peux dire, de vraiment personnel, n’intéresse personne ! »   Nos discussions et les séances d’EFT permirent de mettre en évidence qu’il était à un âge où il souhaitait donner un second souffle à sa vie. Son vrai « moi » cherchait à s’exprimer alors que son égo, ses peurs, faisait tout pour le faire taire ! L’EFT lui a permis de se libérer de ses peurs, lui donnant alors toute latitude pour aller au bout de ses idées et projets. Cette transformation a mis un point final à ses angines, tout au plus a-t-il une fois par an un mal de gorge que la réflexologie soulage rapidement.

-         La 1ère fois que j’ai reçu cette femme de 60 ans, c’était pour améliorer sa circulation sanguine. Elle avait en outre ce qu’elle appelait une fin d’angine, qui persistait quand même depuis plus de deux semaines. Le traitement qu’elle avait suivi avait été efficace, mais elle ressentait toujours des picotements dans le fond de la gorge. La séance de réflexologie lui permit de supprimer complètement cette gêne. Quelques mois plus tard, une autre angine se présenta, et à nouveau la réflexologie lui enraya en 36 heures. A sa 3e angine, je tentai de la sensibiliser aux causes psychosomatiques qui pouvaient en être à l’origine, mais elle n’en voyait visiblement pas trop l’intérêt et nous n’avons pas approfondi. La piste que j’aurais voulu explorer était de savoir si le fait d’être à la retraite depuis peu avait pu la mettre en face d’elle-même, et qu’elle cherchait à trouver un nouveau sens à sa vie, une vie qui peinait peut-être à s’exprimer et à prendre l’ampleur qu’elle méritait. Je relate ce témoignage comme une bouteille à la mer. Si vous subissez des maux de gorge suite à un grand changement de vie, peut-être est-ce une question qui vaut la peine d’être posée ; c’est juste une piste.

-         Une jeune femme de 30 ans est venue me voir pour une angine qui d’après elle, durait depuis des mois ! En réalité, les maux de gorge alternaient avec effectivement des angines. Après avoir cherché en vain ce qu’elle ne parvenait pas exprimer, nous avons mis le cap, au contraire, sur ce qu’elle exprimait dans sa vie de tous les jours. Sans rentrer dans une foultitude de détails, il s’avérait que l’univers professionnel dans lequel elle évoluait l’obligeait à des mensonges répétés, et qu’elle vivait un véritable conflit à ce niveau-là. Elle postula dans une autre entreprise, obtînt un poste similaire, et entourée de personnes plus authentiques, elle s’autorisa à être davantage elle-même. Les angines disparurent.