Asthme

 

L’asthme se caractérise par une difficulté à respirer, et plus particulièrement à expirer. Les poumons sont un lieu d’échange avec le monde qui nous entoure. En inspirant, nous recevons ce qui vient de l’extérieur. En expirant, nous donnons, nous exprimons au monde ce qui vient de nous. Quand on inspire sans pouvoir expirer, on peut se poser l’une ou l’autre de ces deux questions : Pourquoi est-ce que je ne parviens pas à donner ce que j’ai au fond de moi ? Ou bien, en quoi le monde extérieur envahit mon espace vital intérieur sans que je puisse le repousser ? Sur le plan énergétique, les poumons sont reliés au plexus cardiaque. L’asthme est de ce fait, très lié à l’amour, que l’on donne ou ne donne pas, que l’on reçoit ou ne reçoit pas.

-          Un homme de 24 ans faisait des crises d’asthme de plus en plus régulièrement. A part celles, peu fréquentes, qu’il avait eu lorsqu’il était bébé, il n’en avait jamais refait depuis. Cela avait débuté trois ans plus tôt, puis l’année suivante, il avait eu 3 alertes, et il en était au point d’en avoir une par mois environ. Je lui demandai si 3 ans plus tôt, il s’était passé quelque chose d’important, de significatif dans sa vie. Il me répondit : « Non je ne vois pas, c’est l’année où j’ai rencontré ma compagne. Tout allait bien cette année-là. » Je risquai la question suivante : Et actuellement, ça se passe bien votre relation avec elle ? Les mots qu’il utilisa alors furent éloquents : « C’est pas vraiment ça ! On cohabite plus qu’autre chose. Elle… me pompe l’air ! Elle prend trop de place dans ma vie, j’en perds ma liberté. Je peux même dire qu’elle me bouffe mon oxygène ! » Le corps exprimait purement et simplement ce qu’il vivait au fond de lui. « Pompe l’air, bouffe mon oxygène ! » Il ne parvenait plus à s’exprimer, et à respecter ses propres besoins. Il l’avait laissée envahir son espace. Rien d’étonnant à ce que des crises d’asthme surviennent. Il eût une conversation avec elle et ils remirent de l’ordre dans leur vie. 4 séances de réflexologie à raison d’une par semaine eurent raison de ces crises d’asthme.