Eczéma

 

La peau est l’ultime frontière qui sépare mon être intérieur, ce que je vis, ce que je pense, ce que je ressens, du monde extérieur. C’est ce que les autres voient en premier, et de ce fait, la peau véhicule l’image inconsciente que j’aie de moi. Au fond, j’ai peur qu’on ne me voit pas comme j’aimerais que l’on me voit. Si je suppose que l’opinion des autres à mon sujet n’est pas bonne, c’est qu’en réalité, une partie de moi le croit aussi. L’eczéma crée une barrière, une croûte, qui me sert d’armure de protection et maintient les autres à distance.

-          Une femme de 38 ans avait toujours eu de l’eczéma, depuis sa naissance. Etant lié à l’image de soi, donc aux apparences, il n’est pas toujours aisé de percer cette ligne de défense pour aller en débusquer la cause. Je salue alors son courage et sa transparence qui permirent d’obtenir d’aussi bons résultats. D’après elle, c’était inscrit dans ses gènes et c’était héréditaire puisque sa mère et sa grand-mère en avaient également. Alors je m’attachai à déterminer quelles croyances réductrices pouvaient bien être transmises de mère en fille. L’histoire est trop longue pour être racontée dans les détails, mais en résumé, il s’avéra que l’image de la femme était très peu valorisée par les hommes de la famille, et celles-ci ont passé leurs vies à essayer de restaurer cette image. Dans le même temps, elles ne s’occupaient que très peu de leur statut de mère, évitant au maximum les élans de tendresse, les câlins, et tout ce qui avait trait au « toucher ». Etant enfant, les filles se sentaient délaissées et rejetées par leurs mères, et adultes, elles portaient en elles la blessure de l’abandon et du rejet par les hommes. L’EFT a permis d’évacuer la rancœur et la colère, ainsi que le sentiment de rejet et celui lié à la privation de douceur. La PNL a permis de restaurer, devrais-je dire de créer, la vision de l’homme et la vision de la femme qu’elle souhaitait. La réflexologie a aidé le corps à se débarrasser de ce qui était désormais devenu obsolète.