Fibromyalgie

 

Ce qui suit tient davantage du contre exemple ! Et je souhaite recueillir des témoignages contradictoires au mien émanant de personnes qui ont pu traiter la fibromyalgie avec succès. Il existe sûrement d’autres approches que la mienne et qui ont permis d’obtenir de bons résultats. Je souhaiterais vivement les connaître, donc je lance un appel, n’hésitez pas !

En théorie, rien ne s’oppose à ce que la réflexologie puisse exprimer sa pleine et entière efficacité sur les personnes souffrant de fibromyalgie. Les contractures musculaires peuvent facilement être soulagées. Mais dans la réalité, la plupart des personnes que j’ai reçues ont essayé une séance ou deux et ont préféré tenter d’autres techniques, d’autres soins, avec d’autres praticiens. Sans plus de résultats. Il y a une raison à cela comme nous le verrons plus loin. La fibromyalgie se caractérise par de multiples douleurs musculaires, souvent accompagnées de migraines, de troubles digestifs, du sommeil, d’agoraphobie, et de bien d’autres perturbations, mais surtout d’une grande fatigue et de moments de déprime intense. En outre, difficile à diagnostiquer, elle peut être confondue avec d’autres maladies.

Dans l’approche énergétique et métaphysique, le muscle induit la notion d’effort et de mouvement. C’est lui qui permet de « faire », de mettre en œuvre l’idée d’atteindre un but. Le muscle est donc très lié au mental, car c’est lui qui concrétise ce que le mental a pensé. Si vous avez l’idée d’aller au supermarché faire vos courses, vous aurez besoin de tout votre corps, vos bras pour porter les sacs, les jambes pour marcher ou conduire votre voiture, etc… Or, mise à part une personne qui a pu/su regarder ses schémas mentaux et décidé de les transformer, les personnes que j’ai reçues avaient un profil, plus exactement une blessure très similaire. Il s’agit d’une croyance d’incapacité ! Incapacité à changer le monde… incapacité à prévoir… incapacité à réaliser une idée qui leur tient à cœur… En réalité, toutes avaient renoncé à avoir un impact sur leur environnement immédiat. Elles  peuvent avoir été élevées par un ou des parents qui ont systématiquement sapé leur moral et leur confiance en eux, et qui ont dénigré, voire détruit tout ce qu’ils essayaient de faire. Ce peut être aussi le cas de personnes dont les parents ont été omniprésents, étouffants, assistant l’enfant dans toutes ses réalisations. Il en a déduit que, seul, par lui-même, il n’était capable de rien, et qu’en outre, il recevait de l’amour quand il s’abstenait de faire. Alors ils ont abdiqué et ont cessé d’entreprendre, de concrétiser. L’auto-sabotage se met alors très vite en place, avec une tendance à faire avorter chaque idée qui germe en eux. « Puisque celle-ci ne pourra pas être concrétisée, autant ne rien commencer !! » Croire en l’aboutissement d’une idée, d’un projet personnel est un programme qui a été désactivé dans leur mental. Ou bien alors, tout doit être long et fastidieux. Ainsi deux impulsions du mental viennent faire « buguer » le muscle : J’ai l’idée de faire une chose, et je ne peux pas faire cette chose. C’est comme vouloir démarrer avec le frein à main, le muscle va finir par se gripper, car il ne sait plus s’il doit faire ou ne pas faire. On comprend mieux pourquoi l’idée d’atteindre la guérison semble être quelque chose d’irréalisable pour une personne souffrant de fibromyalgie. Ma question est : Est-ce la guérison qui est impossible à atteindre, ou est-ce l’idée qu’on s’en fait ?  Voici le récit de la seule personne souffrant de fibro avec qui j’ai pu réaliser un travail mental et émotionnel approfondi et le protocole complet en réflexologie plantaire.

 

-          Il s’agit d’une femme de 43 ans. Ses premières douleurs arrivèrent à l’âge de 28 ans. Un an plus tôt, elle avait déménagé pour se rapprocher de la famille de son mari. Un travail dans l’entreprise de ses beaux-parents les attendaient tous les deux. Sa belle famille prit une place envahissante dans sa vie, jusqu’à l’ingérance de sa belle-mère dans l’éducation de sa fille. Prise entre l’amour de son mari, qui ne réagissait pas, et l’intrusion systématique d’autres personnes dans sa vie, elle s’est sentie pieds et mains liés. Envie de changer ça… et incapacité à le changer !  En réalité, cette situation n’a été que le révélateur d’une croyance encore plus ancienne, puisqu’elle avait été élevée avec des principes, dont l’un d’eux consistait à ce que la femme obéisse à son mari ! Avec ce déménagement, elle venait de faire l’expérience de sa croyance. Je lui expliquai alors que si l’on ne peut pas changer les autres, on a tout de même le pouvoir de se changer soi ; et que dès que cette transformation intérieure opère, elle crée une nouvelle réalité à l’extérieur de nous. Nous avons travaillé sur l’affirmation d’elle-même, sur sa propre autorité, on peut même dire sur sa souveraineté à décider ce qui est bon ou non pour elle. En plus des séances de réflexologie, nous avons travaillé en EFT sur l’autorisation à se donner à soi-même à vivre selon ses propres choix, notamment en considérant que ce qui est juste pour soi, sera bénéfique tôt ou tard pour les autres, ne serait-ce que par la leçon qu’ils en retirent. C’est à ce moment-là que les crises de fibro s’estompèrent grandement. Elle se reconnecta à ses propres envies, et les identifia de façon très précise. Elle alla jusqu’à s’enlever la pression du résultat à atteindre en considérant uniquement l’enthousiasme qu’elle ressentait à chaque étape. En outre, elle se répéta tous les soirs avant de s’endormir « l’ordonnance mentale » que je lui préconisai : « La vie est mon alliée et me soutient dans chacun de mes choix. Je suis libre de choisir et de revenir sur mes choix si je le désire. Je vis chaque changement avec légèreté, simplicité et fluidité. »  Sans aucune colère, elle fit preuve de détermination, récupéra son statut de seule et unique mère pour son enfant et commença à élargir son cercle d’amis. Son mari suivit et finit par admettre que son travail ne l’enchantait pas vraiment. Elle quitta l’entreprise de ses beaux-parents avec qui, elle et son mari, mirent de la distance. Les séances de réflexologie et le nouvel état d'esprit acquis grâce à l'EFT lui permirent de voir ses crises de fibromyalgie s'espacer. Auparavant quasi hebdonmadaires, plusieurs mois peuvent s'écouler sans rechute, et encore, celles-ci, moins violentes, cessent aussi plus rapidement.