Rencontrer l'âme soeur

 

- Nicolas, 38 ans, doutait de pouvoir faire repartir sa vie affective de façon durable. Il s’était séparé de sa compagne 6 ans plus tôt, et les relations qu’il avait eu depuis n’avaient pas excéder 3 mois ! Il ne comprenait pas pourquoi il ne rencontrait pas celle qui pouvait faire chavirer son cœur à nouveau. Doutant au début de pouvoir intéresser une femme, il avait fini par admettre que rencontrer de nouvelles partenaires ne lui était pas si difficile que ça et il avait fini par prendre confiance en lui, en son sentiment d’importance, et au fait qu’une femme pouvait tomber amoureuse de lui. Son souci est qu’il se sentait vite étouffé. Il s’étonna lui-même le jour où il prit conscience du soulagement qu’il éprouvait à la fin de chaque week-end passé en charmante compagnie. Il n’avait rien d’un homme à femmes, et si, à chaque début de relation, il voulait y croire, force lui était de constater que la passion n’était pas au rendez-vous. D’après lui, aucune d’elle n’était en cause ; elles étaient de belles personnes, possédait bien des qualités et elles méritaient de vivre avec un homme amoureux d’elles et attentionné ! Mais à chaque fois, « quelque chose » n’était pas à sa place, la magie n’opérait pas ! 

Voilà donc un homme qui n’avait pas de difficultés à aller vers une femme, qui savait s’exprimer, était cultivé, avait confiance en lui et avait un réel désir de vivre en couple de façon stable et durable. Alors pourquoi ça ne marchait pas ?

La loi d’attraction est implacable. S’il attirait des femmes dont il ne tombait pas amoureux, alors qu’elles, l’étaient de lui, il y avait forcément un mécanisme, un schéma de pensée, une croyance qui en était à l’origine. Et les réponses se trouvaient dans l’analyse de ce qui s’était joué dans la seule relation qui n’ait jamais compté pour lui.

Il était resté en couple 14 ans. Une complicité totale, une vie de couple où régnait le partage et l’équilibre ! Puis, elle l’avait trompé, une fois, deux fois, puis trois ! Elle s’en réjouissait à chaque fois, lui disant que personne ne devrait être la propriété de personne et qu’elle exhortait toutes les femmes à se réapproprier leur corps ! Elle qui se refusait à lui constamment, prétextant qu’il n’y avait pas que le sexe dans la vie, comment pouvait-elle parler ainsi ? Ne le supportant plus, il était parti ! La séparation ne s’était pas effectuée d’une façon franche. Entre le moment où ils avaient décidé de se séparer et le moment où c’était devenu réel, il s’était écoulé une année. Plus vraiment ensemble, mais pas vraiment séparés ! Jusqu’au jour où il avait trouvé un mot dans sa boîte aux lettres le « remerciant pour tout, mais elle recevait désormais beaucoup plus d’un autre homme ! »

6 ans après, ces mots résonnaient encore dans sa tête ! Vu l’entente qu’ils avaient et compte tenu de l’immense amour qu’il lui avait témoigné, par le biais de milliers d’attentions, comment un autre homme, ou bien d’autres hommes (puisqu’elle semblait faire le choix… du non choix), pouvaient lui apporter davantage ? Pire encore, il ne comprenait pas pourquoi elle exprimait à leurs amis communs, et avec beaucoup de suffisance, un réel soulagement de ne plus être avec lui. D’autant plus qu’elle ne lui avait jamais fait le moindre reproche tout au long de leur relation.

Il ressentait de la colère et au-delà de la colère, beaucoup d’amertume. Il se sentait rejeté, méprisé et humilié. Il lui semblait soudainement qu’il n’avait pas vécu la même histoire qu’elle, et que tout ce qu’il lui avait donné était finalement tombé dans un puits sans fond !

Son mental mit alors en place une stratégie pour ne plus souffrir : « Ne donne plus… parce que ça ne sert à rien ! »

Aujourd’hui, la Loi d’attraction lui procurait fidèlement ce dont il était porteur ! Puisqu’il était conscient de sa valeur en tant qu’homme, les femmes en étaient conscientes aussi, donc rien ne s’opposait aux rencontres. Mais ayant décrété qu’il ne servait à rien de donner, il avait des relations pour lesquelles il ne se sentait pas investi !

Cette période de 6 ans lui permit de développer sa confiance en lui et prendre conscience de sa valeur, valeur qui n’avait jamais été reconnue par son ex-compagne. Logique, car n’en ayant pas conscience lui-même, comment aurait-il pu rencontrer une femme qui la reconnaisse ? Et il prit conscience aussi qu’une relation dans laquelle il ne donnait pas, restait une relation fade, terne, sans passion ! Et paradoxalement, ne rien donner à l’autre n’empêchait pas celle-ci de l’aimer en retour. Contre toute attente, il faisait l’expérience d’être aimé pour ce qu’il EST et non pour ce qu’il fait ou ce qu’il donne !

L’EFT lui permit d’évacuer les ressentiments qu’il éprouvait envers son ex, d’admettre la logique de son vécu, et donc d’envisager la possibilité que désormais, il était libre de donner à nouveau, sans la peur d’en souffrir.

En voici un résumé :

  • Même si j’ai beaucoup de colère contre mon ex, je m’aime et je m’accepte tel que je suis.
  • Même si j’ai beaucoup d’amertume à son égard, je m’aime et je m’accepte tel que je suis.
  • Même si je me sens victime d’ingratitude, je m’aime et je m’accepte tel que je suis.

De 9 sur 10, l’intensité de chacune de ces émotions peinait à descendre. Il les chiffrait toujours à 5 sur 10 en moyenne. Alors, je l’ai fait parler et dire tout ce qu’il avait sur le cœur, tout en tapotant les points.

  • Ce que je ressens ? J’ai de la colère, je peux même dire que j’ai de la haine contre elle. Je la trouve particulièrement injuste. J’ai tout fait pour elle, j’ai été aux petits soins pour elle. Le pire est qu’elle ne m’a jamais fait aucun reproche. Je ne sais pas ce que j’ai fait de mal. Je pense même que je n’ai rien fait de mal. Mais elle m’a laissé sur le bord de la route, comme ça, sans raison. Je me sens laissé pour compte. Je lui ai posé plein de questions, mais je n’ai jamais obtenu de réponses. Elle m’ignore. C’est ça, je me sens ignoré, oublié, limite méprisé. C’est l’incompréhension totale. Elle m’a échangé contre un autre, comme un pion interchangeable ! Je ne comprends pas pourquoi elle a tenu à effacer de sa mémoire les 14 années passées ensemble. Elle semblait aussi heureuse que moi, mais visiblement nous n’avons pas vécu la même histoire. Pourquoi ne m’a-t-elle rien dit ? Qu’elle veuille vivre autre chose aujourd’hui, je peux l’entendre, mais pourquoi renier ce qui a été vécu ? Pourquoi détruire, piétiner, avec plaisir et soulagement, les souvenirs de notre vie commune ? J’ai la sensation d’être le dernier gardien de souvenirs qui n’intéressent plus personne ! La sensation d’avoir vécu pour rien !

Il a continué à tapoter un moment sur ces mêmes ressentis, ces mêmes mots. Il venait de lâcher un gros morceau et se sentait réellement soulagé. La tristesse qu’il avait en début de séance semblait disparaître. Ces émotions désagréables semblaient partir. Mais sachant que la nature a horreur du vide, nous avons continué pour ancrer d’autres émotions positives. Il répéta après moi :

  • C’est vrai, je dois avouer que j’ai été blessé.
  • J’ai ressenti beaucoup de colère, et c’était bien normal.
  • C’était un mécanisme de défense. J’ai fait ce que j’ai pu pour survivre à cette situation.
  • Aujourd’hui, je laisse aller tous ces ressentis pénibles.
  • Je m’ouvre à la possibilité de vivre autre chose.
  • Je n’ai pas compris son attitude, et je ne sais pas ce qu’elle pouvait vivre de son côté. Elle ne m’a rien dit.
  • Elle ne sait pas non plus ce que j’ai ressenti.
  • Ce ressenti m’appartient.
  • Aujourd’hui, je suis libre de ressentir autre chose, de voir la situation différemment.
  • Si elle veut avoir un vide de 14 ans dans sa vie, c’est son droit.
  • Moi, je préfère garder en moi le bonheur de ces 14 ans. A tout choisir, je préfère ma position, car je mets en moi du bonheur.
  • Et je profite de la vie.
  • J’ai voulu croire que j’étais une personne négligeable, une personne qui n’en faisait jamais assez, une personne qui devait acheter l’affection de sa femme par des milliers d’attentions.
  • Elle a été là pour me montrer l’opinion que j’avais de moi. Elle m’a fait ressentir le peu d’estime que j’avais de moi.
  • Aujourd’hui, je m’ouvre à d’autres sentiments. J’opte pour le respect de moi, et de ce fait, la vie crée pour moi les situations, les personnes et les opportunités pour que je ressente ma pleine valeur, mon importance et mes qualités humaines.
  • Je vis des situations où je me sens grand, digne d’intérêt, je me sens sollicité, ma présence est recherchée, désirée.
  • Je me sens aimé tel que je suis.
  • Je n’ai rien à faire pour m’améliorer. Tel que je suis, c’est suffisant pour vivre le bonheur et l’épanouissement.
  • Je laisse la vie créer pour moi toutes les situations et manifester toutes les personnes, conformes à ma nouvelle réalité, à mes nouveaux choix.
  • Désormais, tout ce que je vis me fait me sentir homme, digne d’intérêt, d’attention.
  • Tout est plus léger, fluide, simple, évident.
  • Désormais, je suis libre de m’impliquer dans une relation. Je ne suis plus le même. J’ai conscience de tout ce que je peux apporter à une femme.
  • Tel que je suis, je me sens apprécié et désiré.
  • Je m’aime et je m’accepte tel que je suis.

Cette femme qui a traversé 14 ans de sa vie, avait été parfaitement à sa place et a rempli parfaitement son rôle. Elle s’est tenue à ses côtés tant qu’il en a eu besoin, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’il prît conscience que la version de lui qu’il vivait devait être réévaluée.

N’ayant pas conscience de sa valeur, il avait attiré une femme qui ne la reconnaissait pas non plus. Il pensait ne jamais en faire assez pour se sentir aimé, et de ce fait, elle se focalisait uniquement sur ce qu’il ne faisait pas !

Restait à travailler sur une visualisation ! Fort d’un nouveau ressenti, d’un corps émotionnel guéri, il lui était permis alors d’utiliser la Loi d’attraction pour manifester la femme avec laquelle « l’effort » de s’engager ferait place à « l’envie » de partager chaque instant avec elle.

Cette visualisation tenait plus compte du ressenti que d’une description de la personne. Après avoir mis sur le papier tous ces ressentis, je l’invitai à fermer les yeux et à imaginer une scène fictive et en même temps, plausible.

« Il vient de terminer sa journée de travail. Celle-ci s’est très bien passée, il ressent beaucoup de satisfaction. Et ce bonheur ne s’arrête pas là. Il quitte le lieu de travail pour rentrer chez lui. Dans sa voiture, il a le sourire aux lèvres, parce qu’il sait qu’il va la retrouver. Déjà, il reçoit un texto d’elle. Elle vient de rentrer de sa journée également. Elle l’attend avec impatience. Ils se retrouvent, ils s’embrassent. Il se dit intérieurement : Quelle chance j’ai ! Elle est simplement magnifique ! J’adore son sourire, son regard.

Ils partagent leurs journées, tous deux se sentent bien. Ils aiment être en présence l’un de l’autre. Il imagine tous les gestes de la vie quotidienne. Tout à l’heure, il sait qu’il va passer la nuit avec elle, comme hier, comme demain. Dormir avec elle, se réveiller près d’elle ! Ses pensées à elle, ses projets, l’incluent lui. Il se sent au centre de son existence. Ils vivent une relation totalement réciproque, où tous leurs potentiels s’expriment, Amour, humour, sexualité, respect, expression de soi, créativité… »

Je lui recommandai de faire ce petit exercice le soir avant de s’endormir pendant 21 jours, en s’attardant sur le ressenti. Surtout le ressenti de ce qu’il est en tant qu’homme, car ce ressenti ne dépend pas de la présence ou non d’une femme à ses côtés. Il peut le vivre en permanence. Et cela permet d’être dans le lâcher-prise et de ne pas attendre un résultat.

Deux mois plus tard, il fit une rencontre. Une relation débuta dans une totale compatibilité, affective, mentale, sexuelle. Le cap des fameux trois mois fut très largement dépassé !

 

- Fanny, 42 ans, vivait un véritable désert sentimental. Personne dans sa vie depuis plus de 7 ans. Elle disait avoir tout essayé, les sites de rencontres, les sorties, les fêtes… Non seulement elle n’avait rencontré aucun homme intéressant, mais elle n’avait suscité l’intérêt pour aucun d’eux. Elle se sentait totalement invisible.

Sa vie professionnelle était très active et elle s’était forgée une personnalité affirmée. Malgré des opportunités évidentes de rencontres, elle se sentait coupée définitivement de toute vie affective. Elle me demanda alors « d’activer » la Loi d’attraction pour elle afin qu’elle puisse attirer dans sa vie son prince charmant. Bien sûr, je commençai par lui ré-expliquer les bases de la Loi d’attraction. Je n’allais pas lui créer un élixir de séduction destiné à faire succomber l’homme de son choix ! La Loi d’attraction fonctionne en permanence, et en ce qui la concerne, elle attirait réellement quelque chose, elle attirait… personne ! Comprenez-bien la subtilité ! Je n’ai pas dit : Elle n’attirait personne. J’ai dit : Elle attirait… personne ! La commande qu’elle envoyait en permanence à l’univers était celle-ci : Pouvez-vous m’envoyer personne ? Alors l’univers s’exécutait et répondait à sa requête. Bien sûr, cette demande était inconsciente et il nous fallait découvrir pourquoi. Quand une femme désire plus que tout au monde construire une relation, c’est difficile de poser la question brutalement : Pourquoi refusez-vous d’avoir un homme dans votre vie ?

Et pourtant, forcément, fatalement, une part d’elle-même y voyait un danger, une résistance suffisamment puissante pour la maintenir dans « l’idée » agréable d’une relation, plutôt que de la vivre pour de vrai !

En passant en revue ses différentes relations passées, nous avons pu identifier deux types d’hommes, des sortes de profil type ! Soit elle avait rencontré des hommes durs, fermés, et elle se sentait à leur disposition, soit au contraire, elle rencontrait des hommes gentils, toujours d’accord, sans esprit d’initiative, avec lesquels elle finissait par s’ennuyer.

Son éducation auprès d’un père autoritaire et agressif, et d’une mère soumise était à l’origine de ce qu’elle vivait. Nous sommes tous porteurs des deux énergies, l’une féminine qui nous met en contact avec nos émotions, nos désirs, notre créativité, et l’autre masculine qui nous met en contact avec nos capacités à faire, à accomplir. Ces deux énergies nous sont insufflées au départ par nos parents. Ainsi, elle portait un programme, un conditionnement, par lequel le principe masculin est despotique et impose sa loi au principe féminin. Au passage, on notera que sa carrière professionnelle se portait à merveille, et qu’elle était en même temps coupée de ses émotions.

Dans ses relations, chaque tentative de renouer le contact avec son énergie féminine, ses émotions, sa douceur, sa créativité, manifestait un homme dur et dépourvu de respect à son égard. Jusque là, tout était conforme à son éducation, ses programmes mentaux et la vision qu’elle a toujours eu de la relation homme-femme.

Son inconscient a alors essayé une alternative : Puisque l’énergie masculine est dangereuse, je vais l’incarner moi. Ainsi, je ne risquerai plus rien du monde extérieur puisque j’en aurai le contrôle. Et c’est pourquoi, forte de cette énergie masculine qu’elle prenait à son compte, elle attirait alors des hommes à l’énergie féminine prononcée ! Relation qui pour elle, était d’autant plus soporifique, que coupée de sa propre énergie féminine qu’elle déléguait à l’homme du coup, elle ne ressentait plus le goût des choses et l’envie de vivre. Elle ne ressentait plus ses désirs, ceux qui sont vitaux pour avancer !

L’EFT et la PNL ont été largement utilisés sur plusieurs séances afin de se libérer des peurs, de la colère, de la culpabilité aussi (d’avoir été femme soumise), de guérir les blessures liées au père et à la mère, l’amertume laissée par ses relations sentimentales passées, et enfin instaurer la vision stable d’un « homme idéal », à la fois fort, responsable, protecteur et aimant, auprès de qui on prend plaisir à se sentir en sécurité et aimée, et celle d’une « femme idéale » pouvant se laisser aller à exprimer ses envies, ses désirs, et à se sentir respectée en tant que telle.

En voici la teneur :

  • Même si je me sens seule, abandonnée, ignorée, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.
  • Même si j’ai la sensation d’être invisible et de ne pas être digne d’intérêt, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.

Ces ressentis restant trop généraux, elle ne savait pas vraiment si leur intensité avait diminué ou non. Alors nous avons opté pour des souvenirs plus précis.

  • Même si j’ai peur que l’homme avec qui je serais devienne soudainement agressif, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.
  • Même si j’ai eu très peur de voir mon père s’énerver contre moi, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.
  • Même si j’ai peur de devoir subir cette violence de façon injustifiée, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.
  • Même si j’ai peur de me détendre avec un homme de peur que sa colère me prenne au dépourvu, je m’aime et je m’accepte telle que je suis.

L’intensité semblait baisser. Le contrôle qu’elle avait mis en place afin d’être toujours sur ses gardes, commençait à lâcher. S’abandonner à vivre à partir de sa féminité avait été trop longtemps pour elle synonyme d’être lâchée dans l’arène des prédateurs. Pour elle, la force de l’homme allait de pair avec le danger. Pour ne pas ressentir ces dangers, elle avait attiré des hommes sans grand charisme, et elle ne s’était pas sentie femme. Il s’agissait maintenant de réconcilier la force de l’homme avec l’idée de protection, de bienveillance et de sécurité. Je l’invitai à suivre les tapotements sur ces phrases (résumé) :

  • Pourtant je suis ouverte à l’idée qu’une autre alternative existe.
  • Je m’ouvre à une nouvelle façon de vivre,
  • Une nouvelle vision de la vie.
  • Une vie dans laquelle je me sens sereine.
  • Je me sens femme, je suis libre d’être moi.
  • Je sais qu’il existe en ce monde des hommes dignes de ce nom, forts,
  • Et en même temps, bons, bienveillants, protecteurs, aimants.
  • Je laisse la vie créer les opportunités afin que je vive ma pleine féminité, en toute sérénité.
  • Je laisse la vie créer les rencontres qui me permettent d’expérimenter la bonté et la bienveillance d’un homme fort.
  • Je m’aime et je m’accepte telle que je suis.

Quelques mois plus tard, elle me confia avoir eu deux petites relations. Pas forcément le grand amour, mais elle avait vécu là quelque chose de totalement inconnu et novateur pour elle. Il y avait du respect et de l’équilibre entre les deux. Elle était beaucoup plus confiante pour l’avenir. Au moins, comme elle disait, les choses ont changé, et en mieux !