Vaincre sa timidité

 

- Damien, 30 ans, s’est retrouvé célibataire il y a quelques mois. Il avait rencontré sa chérie dix ans plus tôt, sur les bancs de la fac. Plutôt introverti, il se décrivait comme un intellectuel, le nez planté dans les livres ou sur l’ordi. C’est d’ailleurs le reproche que son ex petite amie lui avait fait. A son goût, leur vie était trop casanière et elle désirait une vie sociale plus remplie. Il ne lui jetait pas la pierre, et d’ailleurs, s’il l’avait pu, il aurait aimé lui aussi sortir davantage. Mais il ne se sentait pas à l’aise en société. Il aimait beaucoup les discussions dès lors qu’il était seul avec une autre personne, mais dès qu’il était au milieu d’un groupe, inexorablement, il se sentait s’effacer, sentiment qu’il détestait. C’était la seule petite amie qu’il ait jamais eu, et la timidité qu’il avait adolescent lui remontait soudain en pleine figure. A partir de là, comment rencontrer une nouvelle compagne ? Comment intéresser une femme qui, dans ses âges, aurait forcément la possibilité de comparer avec les autres hommes qu’elle a connu ? Comment attirer une femme qui l’aimerait, sans se sentir le lot de consolation, à moins qu’elle-même soit dans le même cas, et qu’elle n’ait « rien pour elle » ? Finalement, il s’était senti chanceux d’avoir déjà pu vivre avec une fille bien, et qui plus est, jolie ! Mais il est rare de gagner deux fois au loto dans sa vie. Pour lui, peu de chances dorénavant de trouver quelqu’un d’aussi bien.

Il sentait aujourd’hui qu’il devrait changer, ce qui signifiait faire des efforts. Certaines émissions télé sur un changement de look lui avaient bien parlé, mais conscient que l’habit ne fait pas le moine, il voulait changer son comportement, sa façon d’être, devenir charismatique pour simplement être digne d’intérêt. Il avait même fait appel à un coach en séduction, qui l’avait obligé à aborder des femmes dans la rue ou à la terrasse d’un bistrot. Catastrophe évidemment, car après l’inévitable « bonjour », il avait connu là ses plus grands moments de solitude ! La question que l’on peut se poser est de savoir si ce coach avait lui-même connu la timidité dans sa vie, car si tel avait été le cas, il aurait dû savoir que non seulement, cette technique d’approche n’est pas thérapeutique, mais elle a toutes les chances d’aggraver les peurs déjà présentes !

Avant d’effectuer un travail en EFT, il devait prendre conscience de deux choses importantes : La 1ère est que, jusqu’à présent, il s’est trompé de croyance. Il se dévalorisait en pensant qu’il ne pouvait pas être digne d’intérêt pour les femmes. Il pensait que son problème était lié aux femmes, alors qu’en réalité, il s’agissait d’un problème qui le relie aux autres hommes. C’est lui qui se dévalorisait par rapport aux autres hommes. Si elle a le choix, une femme verrait forcément plus d’intérêt à fréquenter un autre homme que lui. Autrement dit, les autres hommes étaient plus… plus quoi d’ailleurs ? Je lui posai alors la question. « Et bien, ils savent mieux parler que moi, enfin… pas forcément, je peux parler de plein de sujets. Ils doivent être plus drôles, bien que j’ai aussi ma joie de vivre. En tous cas, en société, ils ont plus de présence que moi, leur femmes ont de quoi être fières d’eux ! »

Ok, lui dis-je ! Vous croyez qu’un autre homme sait mieux parler que vous et dans le même temps, vous n’en êtes plus très sûr ! Vous vous rendez compte que vous aussi avez bien su faire rire votre compagne, et vous pensez que ce que recherche une femme chez un homme, c’est un faire valoir pour la valoriser elle, quand ils sont entourés de monde ! C’est ce genre de femme que vous recherchez ? Une femme en manque d’estime pour elle au point d’exhiber son mari pour profiter de son aura ? Vous n’avez pas envie d’une femme qui vous aime sincèrement ? Avant de débuter l’EFT la semaine d’après, je lui confiai une tâche : Celle d’observer autour de lui, les hommes qu’il enviait, et de noter ce qu’ils pouvaient, à son avis, avoir de plus que lui, et aussi ce qu’ils pouvaient avoir de moins que lui.

Le résultat fut étonnant, car il se rendit compte qu’à bien des égards, le piédestal sur lequel il plaçait les autres comportait des bases peu fiables, voire illusoires. Et que si certains avaient des qualités ou des compétences qu’il n’avaient pas, lui, en possédait d’autres dont les autres étaient parfaitement démunis ! Il eut soudain la sensation d’être un homme comme un autre, et de réintégrer un clan. D’ailleurs, si l’on avait interrogé les autres hommes, combien se seraient également dévalorisés ? Peut-être qu’ils enviaient certains traits de caractères de Damien après tout ?

2e prise de conscience : Notre société nous pousse à la compétition et au « toujours plus ». Un vieil adage indien nous dit : Un homme est riche le jour où il sait qu’il en a assez !  A méditer, car seuls ceux qui pensent ne pas en avoir assez, vivent la peur du manque. Ils ne peuvent jamais faire l’expérience de la richesse et de la sérénité ! Je lui expliquai, que là, tel quel, il n’avait rien à faire, et rien à acquérir de plus, pour vivre une belle relation d’amour. Que ce qu’il prend pour des défauts, sont peut-être justement ce qui est recherché par une jolie jeune femme à cet instant même. Toutes les femmes n’ont pas forcément envie de sortir tous les soirs et certaines peuvent préférer passer un maximum de temps chez elles avec leur chéri. Elles n’ont pas toutes envie de parler sans cesse et ne demandent pas à leur homme de les intéresser, de les captiver 24 heures sur 24 ! Elles peuvent aimer aussi leur tranquillité ! Une des phrases récurrentes et des plus importantes qui soient en EFT est : « Je m’aime et je m’accepte tel que je suis ! » Le jour où la personne en fait sa réalité, alors les autres, à leur tour, l’aiment comme il est !

Nous avons repris en EFT, les croyances de départ « Les autres hommes sont plus dignes que moi d’être aimés, admirés, et je ne peux pas intéresser les femmes vu mon caractère casanier et mon manque de charisme » et les avons fait évoluer jusqu’aux prises de conscience citées ci-dessus.

L’effet fut ultra rapide. Dans un 1er temps, il reçut des échos par lesquels certains amis le voyaient comme un rival auprès de leurs petites amies (le monde à l’envers pensait-il !), puis il perçut des regards de femmes beaucoup plus insistants. Il se sentait visible. Il commença par nouer de plus en plus de relations amicales féminines, s’habitua à leur présence, jusqu’au jour où la rencontre se produisit.